Archives mensuelles : octobre 2013

Nouvelle étude statistique sur la sexualité des jeunes : « Génération Youporn, mythe ou réalité ? »

Si vous avez lu les actualités Google cette semaine, vous êtes peut-être tombés sur cette nouvelle étude de l’IFOP au titre volontairement racoleur : Génération Youporn, mythe ou réalité ?

C’est une étude commandée par un site de webcam sexe, portant sur environ 1000 jeunes de 15 à 24 ans répondant sur internet. Bien que la méthodologie puisse être critiquée, en la lisant on apprend un certain nombre de chiffres intéressants qui viennent compléter mon article fétiche sur les statistiques sur la virginité tardive (https://confessionsjhinexpenamour.wordpress.com/2013/09/08/statistiques-sur-la-virginite-tardive/) et notamment l’évolution de chaque variable en fonction de l’âge.

L’âge médian du 1er baiser est de 14 ans, seuls 13% des jeunes ont leur 1er baiser à 17 ans ou plus. A 22 ans, seuls 7 % des garçons et 9 % des filles n’ont jamais embrassé personne.

L’âge médian de la 1ère masturbation est de 14 ans chez les garçons et 15 ans chez les filles, elle est en hausse significative chez les filles par rapport à l’étude de 2006 puisqu’elles sont désormais 59 % à l’avoir pratiqué à 18 ans.

L’âge médian du 1er rapport sexuel est de 17 ans, en baisse significative (mais assez faible) chez les 2 sexes. A 22 ans, il reste 17 % de garçons et 26 % de filles vierges (mais un des diagrammes circulaires un peu plus loin dans l’étude est quelque peu confus sur cette donnée).

La fréquentation de sites porno augmente fortement depuis 2006 chez les 2 sexes : normal, à cette époque les sites de streaming porno comme Youporn étaient balbutiants. Depuis, ils ont fortement simplifié l’accès au porno sur le net, plus besoin de télécharger. L’âge médian du 1er porno est de 15,2 ans.

La fréquentation des sites de rencontre augmente aussi mais ils ne sont que 17 % de l’échantillon à trouver des plans culs sur ces sites (25 % en moyenne dans la classe 20-24 ans). A noter que cette proportion est beaucoup plus élevée chez les homos que les hétéros (normal, les homos, ayant moins de facilité à trouver des partenaires dans la vie réelle, se tournent alors plus facilement vers des sites gays).

La position préférée est le missionnaire, suivie par la levrette et l’Andromaque. L’étude donne ensuite une palanquée de données pointilleuses et absurdes sur la prévalence de la levrette et de l’Andromaque en fonction du nombre de partenaires sexuels, du niveau de diplôme, de la situation professionnelle et de la pratique religieuse 😉

Le cunnilingus et la fellation (80 %, dont 38 % en avalant le sperme), la sodomie (35 %), l’anulingus (17 %) et l’éjaculation faciale (24 %) sont en forte hausse (avec la même palanquée de statistiques improbables sur l’éjaculation faciale et la sodomie en fonction du niveau de diplôme, de la profession du chef de famille… 🙂 ).

Ensuite ça parle des expériences sexuelles virtuelles, rien d’intéressant hormis le fait que 22 % souhaiteraient photographier leurs ébats ou tourner une sextape mais que seuls 4 % sont passés à l’acte.

L’attirance homosexuelle et les rapports homosexuels augmentent significativement y compris chez les hétéros (notamment les filles, un point abondamment repris par les médias), mais ils ne sont que 9 % des garçons et 8 % des filles à se déclarer homosexuels ou bisexuels.

Vous pouvez retrouver l’étude ici : http://www.ifop.com/media/poll/2367-1-study_file.pdf

Publicités

La masturbation (et le porno)

Je vais encore mettre à mal un autre mythe  : le puceau tardif qui se masturbe compulsivement plusieurs fois par jour comme pour noyer son désespoir. Il y a certainement des individus qui le font plusieurs fois par jour, et grand bien leur en fasse tant que ça leur procure du plaisir et qu’ils se sentent mieux après. Mais je suis plutôt un « gourmet de la masturbation », privilégiant la qualité à la quantité.

La masturbation est très importante. Elle permet de découvrir son corps et ses réaction, savoir ce qui nous procure du plaisir, savoir prolonger ce plaisir et enfin soulager les tensions sexuelles. A 18 ans, 90% des garçons et (seulement) 45% des filles se sont déjà masturbés. C’est dommage qu’elles ne soient pas plus nombreuses à la pratiquer à l’adolescence car ça leur permettrait de savoir comment accéder au plaisir, savoir lâcher prise avec leur partenaire et avoir une vie sexuelle plus épanouie dès son commencement. Les organes génitaux externes féminins sont plus discrets, elles osent peut-être moins se toucher à l’adolescence (ou même simplement les regarder dans un miroir, comme Madonna) ou elles ont l’image faussée selon laquelle ça serait « sale ».

Bref, comme le dit Woody Allen, la masturbation c’est faire l’amour avec soi même. Cependant quand on est vierge tardif, c’est notre seule forme de sexualité et ça finit par ne plus nous suffire pour être satisfait.

J’ai découvert la masturbation assez jeune. Autant que je me souvienne, j’ai du commencer à me toucher vers les 6 ans, puis ça m’est sorti de l’esprit vers 8 ans. Je m’y suis remis à l’aube de la puberté vers 11 ans. Peu de temps avant 15 ans j’ai eu mes premiers orgasmes mais sans savoir que c’était ça. Je ressentais cette vague de plaisir mais ça n’était pas très intense puis je débandais et je ne comprenais pas pourquoi je ne pouvais plus me caresser aussi longtemps qu’avant. Très peu de temps après, j’ai eu mes premières éjaculations : mes orgasmes étaient plus intenses mais je ressentais immédiatement après une forte envie d’uriner alors que j’avais la vessie vide. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivais, d’autant plus que je me caressait dans mon pantalon de pyjama et que je contractait mes sphincters de la vessie pour ne pas me pisser dessus (enfin c’est ce que je croyais). Puis quelques semaines plus tard j’ai eu un orgasme tellement intense que je n’ai pas pu me contrôler, j’ai souillé mon pyjama et que j’ai compris que c’était du sperme. J’étais très fier de pouvoir jouir et éjaculer. S’en est suivi une période de découverte, de masturbations très fréquentes. J’ai rapidement compris comment faire durer le plaisir et mes orgasmes sont devenus meilleurs. Cependant il m’a bien fallu quelques années de pratique pour « atteindre le sommet de cet art » 😉

Je me suis rendu compte qu’il valait mieux faire monter l’excitation pour avoir les meilleurs orgasmes plutôt que de se soulager immédiatement. Je préfère le faire une fois par jour au lit plutôt que de le faire dans la journée. Il y a quelques années, l’orgasme me permettait de m’endormir plus facilement donc je le faisais chaque soir. Aujourd’hui je ne le fait plus systématiquement chaque jour , je ne le fais que quand j’en ai vraiment envie et que je ne suis pas trop fatigué. Maintenant quand je manque de sommeil, l’orgasme a tendance à me maintenir excité et éveillé, donc il m’arrive fréquemment en semaine de ne pas le faire pendant plusieurs jours et ça me satisfait. En période universitaire, je ne le fais bien souvent que le week-end (donc 2 à 3 fois par semaine). Par contre en vacances j’ai une libido plus élevée donc c’est tous les jours.

Je ne me masturbe pas devant du porno sur mon PC. Je regarde régulièrement du porno sur mon PC pour nourrir mes fantasmes et faire monter l’excitation puis j’attends d’aller me coucher pour me palucher. Je préfère le confort d’un lit pour avoir le plus de plaisir. Je me masturbe aussi sous la douche mais je ne vais pas jusqu’à l’orgasme, le réservant bien souvent pour le lit.

Pour ce qui est du porno, je ne regarde que du porno amateur parce que c’est tellement mieux. Ce sont de vrais couples qui font l’amour pour de vrai et prennent réellement leur pied. Il n’y a pas de pratiques violentes comme les fellations forcées, les sodomies brutales et les éjaculations faciales. Ce ne sont pas non plus des acteurs bodybuildés et siliconés qui poussent des gémisssements totalement bidons. Là ce sont des couples de la vie réelle avec leur physique naturel. Je préfère les creampies, qui sont des pornos dans lesquels l’homme éjacule dans le vagin de sa partenaire puis se retire en laissant le sperme dégouliner 😉 J’aime aussi les photos amateurs.

Il y a 6 ans, je me suis acheté une Fleshlight : c’est un masturbateur en forme de grosse lampe torche qui contient un vagin artificiel en silicone ultra-réaliste ayant la texture de la vraie peau. Cependant je ne m’en suis pas beaucoup servi parce que j’ai un phimosis (une étroitesse du prépuce qui empêche un décalottage complet en érection) qui me gène quand j’utilise la Fleshlight, je ressent beaucoup moins de plaisir parce que mon prépuce enserre fortement mon gland. Son utilisation m’a quand même permis de diminuer le phimosis mais ça n’est toujours pas vraiment agréable. Et puis c’est un peu fastidieux à préparer et à nettoyer (pas facile de faire des allers et retours entre la chambre et la salle de bain avec l’objet dans les mains quand on vit chez ses parents). Donc bien souvent je préfère les méthodes traditionnelles. On peut traiter le phimosis en appliquant une pommade corticoïde très puissante sur le prépuce et en faisant des exercices d’étirement. Sans phimosis, la Fleshlight doit être géniale. Mes premiers rapports sans préservatif seront peut-être moins agréables avec le phimosis. A ce moment là je consulterai.

Bref aujourd’hui j’adore toujours autant la masturbation et le fait d’être à l’écoute de mon corps, mais ça ne me suffit plus et il me tarde de découvrir les sensations d’un vrai rapport sexuel vaginal.