La masturbation (et le porno)

Je vais encore mettre à mal un autre mythe  : le puceau tardif qui se masturbe compulsivement plusieurs fois par jour comme pour noyer son désespoir. Il y a certainement des individus qui le font plusieurs fois par jour, et grand bien leur en fasse tant que ça leur procure du plaisir et qu’ils se sentent mieux après. Mais je suis plutôt un « gourmet de la masturbation », privilégiant la qualité à la quantité.

La masturbation est très importante. Elle permet de découvrir son corps et ses réaction, savoir ce qui nous procure du plaisir, savoir prolonger ce plaisir et enfin soulager les tensions sexuelles. A 18 ans, 90% des garçons et (seulement) 45% des filles se sont déjà masturbés. C’est dommage qu’elles ne soient pas plus nombreuses à la pratiquer à l’adolescence car ça leur permettrait de savoir comment accéder au plaisir, savoir lâcher prise avec leur partenaire et avoir une vie sexuelle plus épanouie dès son commencement. Les organes génitaux externes féminins sont plus discrets, elles osent peut-être moins se toucher à l’adolescence (ou même simplement les regarder dans un miroir, comme Madonna) ou elles ont l’image faussée selon laquelle ça serait « sale ».

Bref, comme le dit Woody Allen, la masturbation c’est faire l’amour avec soi même. Cependant quand on est vierge tardif, c’est notre seule forme de sexualité et ça finit par ne plus nous suffire pour être satisfait.

J’ai découvert la masturbation assez jeune. Autant que je me souvienne, j’ai du commencer à me toucher vers les 6 ans, puis ça m’est sorti de l’esprit vers 8 ans. Je m’y suis remis à l’aube de la puberté vers 11 ans. Peu de temps avant 15 ans j’ai eu mes premiers orgasmes mais sans savoir que c’était ça. Je ressentais cette vague de plaisir mais ça n’était pas très intense puis je débandais et je ne comprenais pas pourquoi je ne pouvais plus me caresser aussi longtemps qu’avant. Très peu de temps après, j’ai eu mes premières éjaculations : mes orgasmes étaient plus intenses mais je ressentais immédiatement après une forte envie d’uriner alors que j’avais la vessie vide. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivais, d’autant plus que je me caressait dans mon pantalon de pyjama et que je contractait mes sphincters de la vessie pour ne pas me pisser dessus (enfin c’est ce que je croyais). Puis quelques semaines plus tard j’ai eu un orgasme tellement intense que je n’ai pas pu me contrôler, j’ai souillé mon pyjama et que j’ai compris que c’était du sperme. J’étais très fier de pouvoir jouir et éjaculer. S’en est suivi une période de découverte, de masturbations très fréquentes. J’ai rapidement compris comment faire durer le plaisir et mes orgasmes sont devenus meilleurs. Cependant il m’a bien fallu quelques années de pratique pour « atteindre le sommet de cet art » 😉

Je me suis rendu compte qu’il valait mieux faire monter l’excitation pour avoir les meilleurs orgasmes plutôt que de se soulager immédiatement. Je préfère le faire une fois par jour au lit plutôt que de le faire dans la journée. Il y a quelques années, l’orgasme me permettait de m’endormir plus facilement donc je le faisais chaque soir. Aujourd’hui je ne le fait plus systématiquement chaque jour , je ne le fais que quand j’en ai vraiment envie et que je ne suis pas trop fatigué. Maintenant quand je manque de sommeil, l’orgasme a tendance à me maintenir excité et éveillé, donc il m’arrive fréquemment en semaine de ne pas le faire pendant plusieurs jours et ça me satisfait. En période universitaire, je ne le fais bien souvent que le week-end (donc 2 à 3 fois par semaine). Par contre en vacances j’ai une libido plus élevée donc c’est tous les jours.

Je ne me masturbe pas devant du porno sur mon PC. Je regarde régulièrement du porno sur mon PC pour nourrir mes fantasmes et faire monter l’excitation puis j’attends d’aller me coucher pour me palucher. Je préfère le confort d’un lit pour avoir le plus de plaisir. Je me masturbe aussi sous la douche mais je ne vais pas jusqu’à l’orgasme, le réservant bien souvent pour le lit.

Pour ce qui est du porno, je ne regarde que du porno amateur parce que c’est tellement mieux. Ce sont de vrais couples qui font l’amour pour de vrai et prennent réellement leur pied. Il n’y a pas de pratiques violentes comme les fellations forcées, les sodomies brutales et les éjaculations faciales. Ce ne sont pas non plus des acteurs bodybuildés et siliconés qui poussent des gémisssements totalement bidons. Là ce sont des couples de la vie réelle avec leur physique naturel. Je préfère les creampies, qui sont des pornos dans lesquels l’homme éjacule dans le vagin de sa partenaire puis se retire en laissant le sperme dégouliner 😉 J’aime aussi les photos amateurs.

Il y a 6 ans, je me suis acheté une Fleshlight : c’est un masturbateur en forme de grosse lampe torche qui contient un vagin artificiel en silicone ultra-réaliste ayant la texture de la vraie peau. Cependant je ne m’en suis pas beaucoup servi parce que j’ai un phimosis (une étroitesse du prépuce qui empêche un décalottage complet en érection) qui me gène quand j’utilise la Fleshlight, je ressent beaucoup moins de plaisir parce que mon prépuce enserre fortement mon gland. Son utilisation m’a quand même permis de diminuer le phimosis mais ça n’est toujours pas vraiment agréable. Et puis c’est un peu fastidieux à préparer et à nettoyer (pas facile de faire des allers et retours entre la chambre et la salle de bain avec l’objet dans les mains quand on vit chez ses parents). Donc bien souvent je préfère les méthodes traditionnelles. On peut traiter le phimosis en appliquant une pommade corticoïde très puissante sur le prépuce et en faisant des exercices d’étirement. Sans phimosis, la Fleshlight doit être géniale. Mes premiers rapports sans préservatif seront peut-être moins agréables avec le phimosis. A ce moment là je consulterai.

Bref aujourd’hui j’adore toujours autant la masturbation et le fait d’être à l’écoute de mon corps, mais ça ne me suffit plus et il me tarde de découvrir les sensations d’un vrai rapport sexuel vaginal.

Publicités

8 réflexions au sujet de « La masturbation (et le porno) »

  1. Robert de Saint Loup

    Tu te livres avec courage sur ce sujet délicat.
    Pour ma part je me suis beaucoup masturbé, au point que je me suis demandé si cela n’avait pas encore renforcé ma fermeture sur moi-même. Alors, cause ou effet? Je remarque que l’époque où j’ai eu internet la semaine dans ma chambre d’étudiant (à partir de 2003) correspond à une période particulièrement solitaire.

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      J’ai beaucoup hésité à révéler autant de détails intimes, qui ne sont d’ailleurs pas forcément utiles à l’article. Mais j’aimerais trouver plus de témoignages sur internet sur la découverte de la sexualité et les sensations que l’on ressent lors des pratiques sexuelles. A défaut, j’apporte mon propre témoignage et je décrirai aussi mon premier baiser et mon premier rapport quand j’en aurai l’occasion. Et puis en ce moment j’ai une libido très élevée qui m’a incité à franchir le pas pour livrer ce témoignage.

      La masturbation n’a jamais renforcé ma fermeture aux autres.

      Répondre
  2. Robert de Saint Loup

    Tu sembles en effet avoir un rapport plutôt sain à cette pratique.
    Décrire les sensations lors d’un rapport sexuel, j’imagine que ça dépend des personnes, des pratiques. Il doit bien exister des descriptions physiologiques autres que dans la littérature érotique, non?
    Pour ma part je dirais que les sensations ne sont pas les mêmes suivant les positions et le degré d’excitation de ta partenaire. Entrer dans un vagin encore un peu serré ou bien pénétrer à nouveau un sexe trempé sont chacun très agréable. Je dirais que le plaisir masculin est plus particulièrement localisé au niveau de la verge et surtout concentré au moment de l’éjaculation. Après il m’arrive parfois de ressentir du plaisir au-delà et de rester quelque temps à suffoquer, certainement après un rapport particulièrement long.
    Tu verras aussi que c’est un domaine où, à mon sens, la pratique avec un même partenaire permet de progresser dans le plaisir mutuel.

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Oui il y a des descriptions personnelles sur internet, mais la plupart sont très vagues. J’ai moi-même posé la question sur 2 forums et j’ai eu quelques descriptions très précises mais beaucoup d’autres qui l’étaient moins.
      C’est sûr que ça doit être difficile de décrire des sensations puisque le ressenti est différent d’un individu à l’autre.
      Et puis à ce que j’ai lu, il y a aussi le plaisir émotionnel d’être avec une femme, de la tenir dans ses bras, de la désirer.

      Répondre
  3. Zorg86

    Pour ma part je m’étais acheté un Tenga Flip Hole Black, à ce qu’il parait c’est ce qui se fait de mieux. Tu devrais regarder un peu, c’est surement mieux que le Fleshlight. En ce qui me concerne en tout cas, c’est mieux… que rien :/

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      A l’époque ça n’existait pas et j’avais payé ma Fleshlight plus de 80 € donc j’ai pas l’intention de la remplacer par autre chose (bien que le Flip Hole est plus simple à entretenir).
      Le problème c’est le phimosis et tant que je n’ai pas de rapports, je n’ai pas envie de consulter en disant que ça me gène pour me masturber dans un vagin artificiel.
      Cependant, les exercices d’étirement du prépuce peuvent marcher à eux seuls (il faudrait que je les fasse), simplement c’est plus lent qu’avec les dermocorticoïdes.

      Répondre
  4. Zorg86

    A ta place je consulterai quand même, ne serait-ce que pour expliquer que ça te gêne au quotidien… Peut-être que tu serait plus « à l’aise » le jour J avec une demoiselle, en plus.

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Ca ne me gêne pas au quotidien car j’ai des méthodes de masturbation manuelle qui limitent ou évitent la traction sur le prépuce. C’est juste avec la Fleshlight que ça gêne.
      Je préfère tenter les exercices d’étirement moi-même et je dois avoir à la maison une crème dermocorticoïde moins puissante.

      Je te mets 1 article intéressant là-dessus : http://ame.enfant.org.free.fr/phi_fr.html
      Si tu tapes « phimosis stretching » sur Google, tu trouveras aussi des trucs intéressants.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s