Un an après !

Bonsoir, je reviens et je reprends l’écriture pratiquement 1 an après mon dernier article. Cette année passée a été très intense au niveau des études et du travail, à tel point que je n’ai pas eu le temps de continuer la rédaction de mon blog. Les week-ends, je les passais soit à réviser, soit regarder ce que j’avais raté à la télé durant la semaine, soit (et surtout) je passais du temps avec ma copine. Je n’éprouvais plus tellement l’envie d’écrire non plus car ces préoccupations sur la virginité tardive me semblaient lointaines maintenant que je file le parfait amour et que j’ai une vie sexuelle relativement épanouie. Je ne ressasse plus mon passé, mon adolescence « ratée » ou autre, je vis désormais au présent et me projette dans l’avenir.

Au niveau des études et de mon travail : j’ai fini le gros de mes études. Depuis quelques temps, j’ai commencé à travailler sur ma thèse de doctorat pour obtenir le diplôme. Et en parallèle, j’ai eu l’opportunité de travailler à plein temps dans un cabinet médical pendant 2 mois et demi : c’était très dur, je faisais des heures à rallonge, mais ça a été très instructif. Maintenant je retourne à plein temps dans mon travail de thèse et j’ai davantage de temps à moi.

Au niveau sentimental, la relation avec ma copine se poursuit harmonieusement, on file le parfait amour, on parle de s’installer quand on aura les moyens, on parle aussi de bébé mais pas avant 2 ou 3 ans au moins. Je suis très bien intégré dans ma belle-famille, je fais quasiment partie de la maison. Je suis allé en vacances avec ma copine cet été et avec toute ma belle famille pour Noël. Ma copine est venue plusieurs fois chez moi mais je n’ai pas encore eu l’occasion de la présenter à ma famille élargie (cousin(e)s, grands-parents, oncles et tantes…). Je suis très souvent invité chez ma belle-famille, et comme ma copine a un lit 2 places alors que je n’ai qu’un lit individuel, on ne dort ensemble que chez ses parents (oui elle vit encore chez ses parents pour l’instant).

Au niveau sexuel, ça va faire 13 mois que j’ai perdu ma virginité. On a utilisé les préservatifs pendant 10 mois et maintenant elle a un stérilet donc on peut enfin faire l’amour sans préservatif à chaque fois (je l’avais déjà fait sans capotes à quelques reprises avant son stérilet, en période pré-menstruelle ou pendant les règles, mais maintenant on peut se laisser aller ^^). C’est infiniment mieux, les sensations sont nettement supérieures, ça glisse plus facilement, c’est plus chaud et humide, c’est tellement plus naturel et puis la sensation d’éjaculer dans le vagin est fantastique, c’est comme fusionner avec le corps de l’autre. D’ailleurs elle sent le sperme qui jaillit dans son vagin et sa chaleur, pas seulement les contractions éjaculatoires du pénis et du périnée. On fait l’amour en moyenne une fois par semaine (durant notre week-end quand on se voit), parfois plusieurs fois dans la même journée, et tous les jours quand on est en vacances. Avant j’arrivais à supporter une semaine sans sexe, mais maintenant le manque se fait nettement sentir au bout de 3 jours. Ma copine est très demandeuse, comme moi ^^

J’ai pratiqué le cunnilingus, la fellation, le missionnaire, l’Andromaque (ou la cavalière), la levrette, les cuillères et une variante du missionnaire où elle lève ses cuisses au plus haut et mets ses jambes sur mes épaules pour une pénétration ultra-profonde. J’aime tout particulièrement l’Andromaque, la sensation d’être dominé, qu’elle s’occupe de moi, je maitrise mieux mon excitation et je la pénètre plus profondément.

Néanmoins j’ai toujours ce problème de phimosis : mon prépuce s’est nettement assoupli, surtout depuis qu’on le fait sans préservatif, mais ça tiraille encore souvent en début de rapport, surtout si mon prépuce n’a pas été assoupli par la chaleur. On est souvent obligés d’utiliser du lubrifiant : la pénétration est nettement plus facile. Mais j’ai aussi fréquemment des problèmes d’éjaculation précoce depuis qu’on le fait sans capote. Si on le fait sans lubrifiant, la pénétration va tirailler mon prépuce au début puis ça ira mieux quand mon prépuce se rétracte derrière le gland, mais ça tracte tellement sur le frein et le gland que ça amoindrit mes sensations et paradoxalement j’ai souvent une éjaculation précoce (à cause de la stimulation extrême du frein). A l’inverse, un excès de lubrifiant rend la pénétration tellement glissante que j’éjacule très vite. Le mieux étant que je ramollisse mon prépuce avec une douche chaude ou bien une courte fellation, et là ça se passe bien sans lubrifiant. J’ai remarqué la dernière fois qu’en faisant des va-et-vient lents, sans lubrifiant, en missionnaire pendant les premières minutes, mon prépuce s’assouplit et coulisse plus facilement derrière le gland, ce qui me procure de meilleures sensations et me permet de durer beaucoup plus longtemps, comme à l’époque où on utilisait encore les capotes. Je n’ai toujours pas pris le temps de consulter un spécialiste pour ce problème…Comme on dit, c’est souvent le cordonnier le plus mal chaussé.

J’ai aussi essayé l’amour pendant les règles : c’est une expérience inhabituelle qui nous a beaucoup plus et j’y reviendrai dans le prochain article. Je ferai ensuite un article à propos de ma collaboration avec une journaliste de Libération qui a rédigé un article sur la virginité tardive en mi-octobre et dont je n’ai pas eu le temps d’en parler à ce moment là car je débutais mon remplacement au cabinet médical.

Je ne raconte pas toute ma vie sexuelle en détails pour faire baver ceux qui sont encore vierges et frimer. Je le fais conformément à ce que j’avais dit au début, pour vous faire découvrir en détail ma découverte de ces choses là et des sensations qui y sont associées, et pour répondre à toutes les questions que je me posais quand j’étais encore vierge tardif.

Publicités

29 réflexions au sujet de « Un an après ! »

  1. Jock

    Salut, ça fait plusieurs fois que je tombe sur ton témoignage et je trouve ça très intéressant.
    Je suis dans le même cas que toi ( puceau ) mais à 23 ans et je me pose réellement la question de savoir si oui ou non, il faut aller voir une escort malgré le fait que cela me rebute, j’aimerai le faire avec quelqu’un que j’aime un minimum et surtout, ne le cachons pas, c’est une fierté de pouvoir séduire et de le faire.

    Je sais pas si à 26 ans, je serai resté encore vierge mais je pense qu’n jour ou l’autre, il faut en finir avec ce soucis d’une façon la plus agréable ou la moins glorieuse.

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Alors il te reste 3 ans pour reprendre en main ta vie et franchir le cap. Tu peux commencer par aller sur des sites de rencontres si tu n’as pas assez d’opportunité de rencontrer des filles dans la vie réelle (par l’intermédiaire de ton travail ,de tes amis…)

      Répondre
  2. Redd

    Moi je suis un vierge de 25 ans, je le vis assez mal, je ne sais pas si cette situation prendra fin un jour. Les sites de rencontre ce n’est pas non plus une solution miracle, je ne m’y suis pas encore sérieusement mis mais pour le moment je n’ai aucune réponse donc y a quand même de gros efforts à faire avant d’avoir ne serait-ce qu’un rendez-vous… Je vois aussi un psychologue pour essayer d’atténuer mes problèmes d’assurance, d’anxiété et de malaise en société mais là aussi pas de solution miracle. Parfois on a l’impression qu’une montagne se dresse devant soi et qu’il n’y aura jamais de solution, que notre vie n’aura finalement servie à rien.

    Quand j’ai commencé à lire ton blog je me suis reconnu en toi car j’étais aussi étudiant en médecine avant. Mais j’ai arrêté car il m’a été impossible de m’intégrer et je le vivais très mal. J’étais aussi très mal à l’aise avec le personnel et les patients, l’horreur quoi.

    Sinon ça fait plaisir de voir que toi tu t’en es sorti, ça redonne de l’espoir même si, d’un autre côté, on se sent encore un peu plus seul dans notre virginité.

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      J’avais envisagé de faire une thérapie cognitivo-comportementale pour surmonter ma timidité, mes difficultés d’intégration et mon incapacité à séduire. Mais finalement j’ai pris contact avec celle qui allait devenir ma copine, et de fil en aiguille, le courant est passé. En quelques mois l’année dernière, j’ai évolué psychologiquement sans m’en rendre compte, j’ai aussi appris à lâcher prise sur les évènements (je me rends compte que j’étais tellement obsédé par le contrôle et le secret qu’inconsciemment je m’empêchait de faire évoluer mes contacts sur les sites de rencontre en une possible histoire d’amour). Et voilà, le problème s’est résolu de lui même.
      C’est dommage d’avoir fait autant de sacrifices pour au final abandonner la médecine juste pour ça. En 2ème et 3ème année, j’avais des difficultés d’intégration. Mais c’est justement à partir de la 4ème année, avec le contact avec le personnel, les patients et mes collègues de promo que j’ai pris de l’aisance en société. Je passais beaucoup plus de temps avec mes collègues, je les ai mieux découvert (et c’est réciproque) et ils sont aussi devenus plus matures, plus sympa, plus à l’écoute.
      Tu t’es arrêté en quelle année ? Tu fais quoi de ta vie maintenant ? Tu n’envisages pas de reprendre un jour ?

      Répondre
      1. Redd

        J’ai arrêté en quatrième année, au tout début du stage. En fait ça faisait longtemps que je voulais arrêter, les choses se sont juste précipitées cette année. Ça vient aussi du fait que je n’ai pas assez pris le temps de réfléchir à ce que je voulais faire de ma vie quand j’ai choisi médecine, et entre le moment où j’ai commencé et aujourd’hui, ma personnalité et ma vision de la médecine ont évolué.

        Je n’envisage pas de reprendre non, et je vais sûrement faire un master en fac de sciences. C’est vrai que c’est dommage d’arrêter après de nombreuses années (d’autant plus que j’ai pas mal redoublé, par manque de travail, donc j’ai passé bien plus de quatre ans à la fac de médecine…), c’est ce que tout le monde m’a dit, mais au fond de moi je sais que ce serait encore plus dommage de continuer dans une voie qui n’est pas la mienne. Je regrette simplement de n’avoir pas eu le courage d’arrêter avant.

  3. Pierre

    Bonjour,

    Si tu devais lister les choses qui t’on amené à perdre ta virginité qu’est ce que tu inclurais prioritairement, (meilleur confiance en soi, remise en question, ouverture aux autres etc..) ?

    @ plus !

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Bonjour, c’est une question complexe. C’est un ensemble de transformations qui se sont opérées progressivement au cours de l’année 2013.

      Avant tout il y a eu le fait d’apprendre à lâcher prise : j’étais un obsédé du contrôle, je voulais à tout pris que ma vie amoureuse reste secrète et n’empiète pas sur ma vie privée à la maison ni sur ma vie professionnelle et inconsciemment je n’étais pas disponible ou ouvert à une relation amoureuse avant. Il m’est arrivé de paniquer lors d’un rencart avec une fille au printemps 2012 (j’en ai déjà parlé) : elle devait venir au resto universitaire, puis m’a envoyé un message pour me dire qu’elle ne viendrait pas, puis m’a renvoyé un autre message pour me dire que finalement elle venait plus tard et accompagnée d’une amie. Devant la perspective d’être confronté à 2 filles en même temps et d’être entouré par une foule d’étudiants sur les tables adjacentes, j’ai un peu paniqué et je suis parti dès que j’ai fini mon repas, sans l’attendre (elle avait vraiment beaucoup de retard). Elle m’a vu sortir (mais pas moi) et m’a suivi mais j’étais déjà parti. Avant ça, on s’était déjà aperçus quelques jours avant au RU en compagnie de sa copine mais j’avais pas osé l’aborder à cause du monde autour d’elle et du fait qu’on n’avait pas prévu de rencart Par la suite elle m’a proposé un autre RDV, puis l’a annulé, puis l’a reproposé puis annulé…Bref elle m’a fait tourner en bourrique et était très immature. Mais ça reste quand même 2 occasions manquées parce que j’ai paniqué car la situation ne se présentait pas comme prévu.

      Ensuite il y a les messages que j’ai posté à partir de février 2013 sur les forums du site Au féminin pour avoir des vis de jeunes femmes sur ma situation de jeune homme vierge tardif et mon incapacité à séduire. J’ai eu des réponse intéressantes et des discussions privées très prolongées avec 3 personnes qui m’ont beaucoup aidé : un homme qui était dans la même situation que moi 10 ans plus tôt et avait posté le même sujet à l’époque (c’est d’ailleurs le principal commentateur de ce blog), un autre jeune homme de mon âge dans la même situation et enfin une jeune étudiante non-vierge mais touchée par mon sujet. Ces discussions ont, je pense, changé ma perception de ma situation.

      Il y a aussi le gain naturel de confiance en moi et de « compétences sociales » avec les collègues et patients qui a continué à augmenter au cours de mes études.

      Suite à des discussions sur le forum Virginité Tardive, j’envisageais de commencer une thérapie cognitivo-comportementale pour résoudre mes difficultés de séduction et d’interactions sociales à la rentrée 2013.

      Enfin il y a ce blog : j’ai commencé à le rédiger en aout 2013 après une intense préparation et introspection. J’ai éprouvé un bien fou à m’exprimer sans tabou et à faire remonter tant de souvenirs enfouis. Je rédigeais 1 voire 2 articles par jour tellement j’avais de choses à dire (j’ai dû lever le pied à la rentrée par manque de temps…)

      Tout celà fait qu’en septembre 2013 j’étais mûr pour faire une rencontre. Finalement l’enchainement des choses a fait que je n’ai pas eu besoin de thérapie, j’ai trouvé les mots pour parvenir à séduire celle qui allait devenir ma copine, j’allais aux rencarts tranquillement sans me mettre la pression…Et voilà. On a commencé à sortir ensemble en fin novembre et moins de 3 semaines plus tard j’étais dépucelé. J’ai tout rattrapé en un temps record et aujourd’hui je n’ai plus d’amertume sur mon passé.

      J’envisageais depuis 1 an de rédiger un article pour répondre de manière plus complète à la question que tu m’as posée. Je pensais notamment relire les dizaines de pages de messages de forums, messages privés et conversations écrites sur Skype pour comprendre ce qui m’avait fait évoluer en si peu de temps, de février à décembre 2013, mais j’ai été découragé par l’ampleur de la tâche. Et je me suis retrouvé débordé par mes études et mon travail.
      Là je t’ai rédigé cette réponse à la volée mais je pense qu’un jour quand j’aurai davantage de temps, je ferai ce que j’ai dit dans ce paragraphe pour indiquer les différents facteurs de ma transformation.

      J’ai un autre article qui me tient à coeur que je dois rédiger depuis octobre dernier. Si j’ai le temps, je m’y attellerai peut-être cette semaine.

      Répondre
  4. Fred

    Salut

    Je suis étudiant en médecine aussi (enfin externe, de ce que je comprend tu es interne bientôt thèsé).
    J’ai un gros complexe d’infériorité par rapport à mes collègue de promo (que je masque le plus possible), et je n’arrive pas à m’enlever ce sentiment de ne pas être « complet » je me sens souvent comme pas réellement adulte, j’ai beau savoir que c’est débile, je ne parviens pas effacer se sentiment.
    Je n’imagine même pas ce que ça va être quand je serais interne avec les horaires qui vont avec…

    Je pense aller consulté un psychologue, notamment qui pratique la TCC, que pense tu de cette thérapie d’ailleurs? (de ce que j’ai compris tu n’y a pas eu recours finalement?).

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Salut Fred, je pense que la TCC est ce qu’il y a de mieux car c’est une thérapie fondée sur des bases scientifiques (et non dogmatiques ou obsolètes comme la psychanalyse freudienne) et pragmatique car elle va droit à l’essentiel : elle permet d’identifier le problème et de modifier ton comportement pour le résoudre (anxiété sociale, manque de confiance en soi, difficultés à s’intégrer dans un groupe, sympathiser, séduire…). Ça passe par des discussions, ça peut faire intervenir des jeux de rôle ou des mises en situation réelle, des « exercices » à faire à la maison…Je ne suis pas expert dans ce domaine et mes cours de psychologie clinique datent un peu mais c’est à peu près ça.
      En effet, je n’y ai pas eu recours parce que finalement une série de transformations dans mon comportement et ma façon de penser se sont produites progressivement en quelques mois. J’en ai parlé dans le commentaire précédent et j’en ferait surement un article plus détaillé plus tard. Mais là je suis débordé par la thèse et le travail, je n’ose plus vraiment poursuivre la rédaction d’articles de blog en ce moment de peur de me laisser déborder par le blog et y passer trop de temps.

      Concernant les études de médecine, les horaires et comment j’arrive à concilier ça avec ma vie amoureuse, je ne veux plus en parler publiquement ici de peur d’être trop facilement identifié par croisement d’informations. Je n’ai pas pu t’envoyer de message privé en cliquant sur ton avatar. Je ne sais pas si de ton coté tu peux m’envoyer un message privé avec ton adresse email, le cas échéant je pourrai te parler davantage de moi.

      Répondre
  5. Fred

    Salut!Moi non plus je n’arrive pas à t’envoyer de message privé, mais tu peut me parler de tout ça à ce mail ********@yahoo.fr [Adresse masquée par l’auteur du blog après relèvement pour éviter le spam]
    Merci de ta réponse

    Répondre
  6. Anonymous

    Bonjour,
    Est-il possible de te me transmettre par mail ton adresse ? J’aimerai beaucoup échanger avec toi sur le sujet…
    Félicitations en tout cas pour ton blog, il est exceptionnel.

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Salut et merci pour les félicitations ! Je présume que c’est toi qui as aussi rédigé le commentaire « Anonymous » ci-dessus car vous avez la même adresse email.
      Je vais t’envoyer un mail. Par contre il est probable que je n’aie pas le temps de te répondre avant le début de la semaine prochaine.

      Répondre
  7. Micky06

    Bonsoir alone87, merci pour ces différents témoignages.
    J’ai 32 ans, ingénieur info et toujours vierge :(. Je songe de plus en plus à faire appel à une escort pour essayer de me débarrasser de cette obsession de la 1ère fois, prendre un peu confiance en moi et commencer à faire des vrais rencontres.
    Je me reconnais dans ta situation de départ. Je suis timide, physique banal mais soigné, drôle, intelligent (je me la pète un peu sorry !), je n’ai pas de difficulté au dialogue et à me faire des amis, au contraire.
    Pourtant je déteste sortir, cela m’ennuie et je suis persuadé de ne pas faire de rencontres intéressantes. Je suis un solitaire qui recherche constamment son ptit confort casanier. Je n’ai pas eu de copines depuis l’école primaire… Sortir me fait peur et j’évite le plus possible les invitations de collègues.. Je redoute de me retrouver seul au milieu d’autres couples… et voir mes copains se marier et avoir des enfants me déprime encore plus.
    Les sites de rencontre ne donnent rien, les filles répondent à 1 message sur 1000 malgré mes efforts pour amorcer subtilement la conversation en fonction de leur profil…
    J’ai essayé le speed dating, très sûr de moi et persuadé de revenir avec au moins un contact, pour me retrouver bredouille (ça a été une claque et ma fierté en a pris encore un coup).
    Alors je ne sais pas si c’est bien moi le problème ou les quelques filles que je rencontre qui sont très exigeantes (je vis dans le 06, l’apparence et le portefeuille sont des critères importants ici).
    Je pense que mon comportement s’apparente à un trouble de la personnalité évitante d’après ce que je peux lire sur le net (à moindre mesure, quoique…). Je ne sais pas s’il faut que je consulte…
    Je me dis que c’est certainement cette peur de la 1ère fois avec une fille qui m’empêche de faire des rencontres, que je cherche à éviter inconsciemment à tout prix que cela se produise ou alors le plus tard possible.
    Le faire avec une pro pourrait être une solution réconfortante, une manière de désacraliser la chose et enfin évoluer. Je ne sais pas… et si ce n’était pas le cas, n’en serait-ce encore une déception et une frustration immense ? Et une bonne excuse pour me réfugier un peu plus loin au fond de ma grotte ?
    J’ai espoir après avoir lu ton témoignage de changer ma situation… de faire LA rencontre qui change une vie du jour au lendemain. Qui sait, peut-être donnerai-je aussi mon témoignage dans 1 an ou 2 (avant 40 ans j’espère) d’une vie amoureuse épanouie… Merci.

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Bonjour Micky06. Le souci des sites de rencontres, c’est que les garçons sont bien plus nombreux que les filles, donc elles sont archi-solicitées de mails et finissent par ne plus tous les lire. Il y a aussi des filles qui s’inscrivent juste pour se rassurer sur leur pouvoir de séduction et qui, lorsqu’un garçon « mord à l’hameçon », ne donnent pas suite. J’ai eu des grosses périodes de déception sur ces sites durant lesquelles j’ai arrêté d’y aller, mais j’ai fini par rencontrer la bonne personne. Même sur Adopteunmec, on peut trouver des filles qui cherchent du sérieux : comme c’est le site le plus connu, il draine le plus de monde. Mais il ne faut pas viser trop haut quand tu choisis une fille. En cherchant bien, tu trouveras des filles timides aussi.

      Pour les sorties avec les collègues, tu devrais te forcer et accepter d’y aller (progressivement d’abord, puis à pratiquement toutes les propositions après) parce que c’est justement lors de sorties entre amis que se font beaucoup de rencontres. Et même s’il n’y a pas de filles célibataires à ces sorties, tes amis ou leurs amis pourraient bien te présenter des filles célibataires de ton âge ^^

      Si tu te demandes si tu devrais consulter pour ton trouble de la personnalité évitante, c’est que tu as fait une grosse partie de chemin en étant conscient que tu as besoin d’aide extérieure. Donc oui, je t’invite à consulter. Cherches un vrai psychologue clinicien diplômé d’état, qui pourras te proposer une vraie Thérapie Cognitivo-Comportementale, et pas un psychanalyste freudien obsolète.

      Je t’invite d’abord à consulter un psychologue clinicien et à commencer à accepter des sorties entre collègues avant d’aller voir une escort girl. Car il se peut que tu puisses faire de vraies rencontres. Et puis si tu vas d’abord voir l’escort, tu auras certes désacralisé le sexe, mis fin à cette obsession de la 1ère fois et répondu aux questions que tu te posais sur les sensations, mais tu n’auras pas traité le problème de ton trouble de la personnalité évitante qui t’empêche d’aller vers les femmes ou de laisser les femmes t’approcher, donc tu resteras encore seul.
      Fixes toi un délai : si au bout de x mois de sorties et de thérapie psy, tu n’as pas fait de rencontres avec des filles célibataires, alors tu peux aller voir l’escort. Mais ensuite il faudra continuer le psy et la thérapie pour résoudre le problème. Il faudra faire attention à ne pas aller voir trop souvent l’escort, sinon tu vas y dépenser des sommes folles, qui seraient mieux investies auprès du psy.

      Sinon, pour la suite de la rédaction de mon blog, ça n’est pas à l’ordre du jour. Je suis encore débordé par autre chose. Je me contente de répondre aux commentaires pour l’instant. A la fin de l’année, la situation devrait être plus favorable pour reprendre la rédaction.

      Répondre
      1. Micky06

        Merci pour ton message. Je vais prendre en compte tes conseils.
        J’ai déjà testé pas mal de sites de rencontre (Meetic, Adopteunmec, Geekmemore, Meetic Affinity….). Je suis encore sur Meetic et teste les applis Tinder, Happn, Lovoo sur mobile. Des tas de flash/like reçus mais aucune réponse aux messages :s
        J’ai un ami qui a trouvé sa femme russe sur Internet et leur relation est stable depuis 2 ans. J’ai envisagé cette possibilité aussi: trouver une femme russe ou asiatique par agence interposée…
        J’ai vu qu’il n’y a que les psychiatres qui étaient remboursés (en partie) par la sécu mais pas les psychologues cliniciens… Je demanderai à ma mutuelle si une prise en charge totale est possible avec l’un ou l’autre.
        Merci.

  8. alone87 Auteur de l’article

    Micky, je me méfie des agences internationales pour les femmes russes ou asiatiques. Le risque est de contracter un mariage gris et que la femme te quitte après qu’elle se sente bien intégrée dans la société française. Parce que quelques discussions puis RDV sur place, c’est un peu court pour créer une relation amoureuse, vu les différences culturelles.
    Ça serait bien que tu demandes à la femme russe de ton ami ce qu’elle pense de toi et si tu aurais des chances de plaire aux femmes russes de ces agences. Elle te ferait passer une sorte d’entretien privé avant que tu ne te décide à aller vers ces agences.

    Répondre
  9. Redd

    Ça va beaucoup mieux pour moi, finalement dépucelé à 26 ans comme alone87, j’espère donner un peu d’espoir aux autres comme ça 🙂

    Je sais pas si je peux donner des conseils, mais pour ma part tout à commencer à aller mieux le jour où j’ai osé aller voir un psychologue 🙂

    Bon courage à tous ceux qui liront ça.

    Répondre
  10. Redd

    Ça va beaucoup mieux pour moi, finalement dépucelé à 26 ans comme l’auteur du blog. J’espère donner un peu d’espoir aux autres comme ça 🙂

    Je ne sais pas si je saurais conseiller quiconque mais pour ma part, tout a commencé à aller mieux le jour où j’ai osé aller voir un psychologue 😉

    Bon courage à ceux qui liront ça 🙂

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Félicitations ! Les séances de psychologie ont porté leurs fruits ^^
      Ça s’est passé récemment ? La demoiselle l’avait déjà fait ? Elle t’as dit quoi quand tu lui as dit que tu étais vierge ? Tu es en couple avec elle ?

      Répondre
      1. Redd

        Oui depuis cette semaine ^^
        Elle a déjà eu plus de 10 relations avant moi lol, malgré ses 4 ans de moins.
        Elle a dit que ça lui mettait la pression mais que ça changeait rien pour elle. Mais on en rigole beaucoup tous les deux, on n’a pas de tabou en fait, elle me vanne sur le sujet, je la vanne sur d’autres trucs et on communique beaucoup, donc y a vraiment pas de malaise XD
        Oui c’est ma copine depuis 1 mois quasiment 🙂

  11. Micky06

    Coucou, j’ai craqué, je suis allé voir une escort aujourd’hui même à son hôtel, une jeune femme de 27 ans magnifique, naturelle et intelligente. Il faut que je parle de cette expérience car je crois que je ne pourrai le dire à personne que je connais, merci à ce blog de me permettre de le faire. Je raconte tout, désolé à l’avance si c’est osé mais j’ai besoin d’exprimer ces sensations.

    Elle m’accueille en petite tenue. J’avais tellement peur, j’en tremblais, elle a difficilement cru que je pouvais être encore vierge à 32 ans. Ma timidité a dû la charmer d’une certaine façon je pense car elle a fait beaucoup d’effort pour ne pas me brusquer.
    Social time qui a duré presque 1h pour apprendre à se connaître et m’aider à me calmer.
    Ensuite une douche ensemble, le premier défi était de se retrouver nu avec elle, je n’ose pas encore la toucher. Je tente d’être un peu plus entreprenant, un baiser dans le cou, l’eau chaude et le gel qu’on commence à se passer mutuellement sur le corps permet de se découvrir. Quelles sensations ! Caresser une femme nue sous la douche, hmm… Une étape de franchie.
    On se retrouve ensuite sur le lit, elle m’embrasse tendrement puis avec la langue et là encore une découverte pour moi, c’était tellement agréable, indescriptible et intense.
    Moi qui avais peur des odeurs, du goût, de ne pas savoir comment faire… mes craintes avaient disparues pour me laisser aller dans ses bras et l’embrasser longuement. Aucune odeur désagréable, aucun dégoût, aucune pensée, se laisser aller et faire confiance à son instinct. On se caresse, des baisers sur le corps, son cou, ses seins…
    Elle commence à s’occuper de mon sexe avec ses mains et sa bouche, encore des nouvelles sensations incroyables et intenses, cela n’a définitivement rien à voir avec la masturbation.
    Je m’étonne de ma soudaine assurance mais j’ose descendre entre ses jambes avec ma langue. Un bonheur de pouvoir lui donner du plaisir, et encore une surprise pour moi de n’y trouver aucun dégoût, au contraire, elle ferme les yeux et se laisse aller, sa respiration s’accélère. Je n’arrive pourtant pas à la faire gémir.
    Elle vient sur moi, le moment que tout homme attend, étrangement je ne ressens rien de spécial. Je crois que l’excitation était si forte qu’elle en a insensibilisé mon extrémité. Cela est devenu même moins agréable que la masturbation, du coup j’ai du mal à rester au garde-à-vous. Je trouve toutefois très excitant de la voir me chevaucher.
    Plus de 2h se sont déjà écoulées sans m’en apercevoir, il a fallu abréger la séance. Malheureusement, je n’ai pas pu tester d’autres positions. Elle a voulu que j’explose en m’aidant encore de ses mains et sa bouche mais je n’ai jamais pu y arriver. Pourquoi ? Sûrement un ensemble de choses, le stress, les sensations nouvelles, cette femme magnifique, la peur de jouir trop tôt…

    En tout cas, j’ai reçu beaucoup plus d’affection en 2h que dans ma vie entière.
    Je crois pouvoir dire que je ne suis définitivement pas gay après ça et même si c’est frustrant de ne pas avoir joui (j’ai senti sa déception) ou lui avoir donné plus de plaisir, c’était merveilleux.

    Encore maintenant, je plane complètement, l’impression d’y être encore, j’essaye de comprendre et digérer ce qu’il vient de se passer. J’ai son odeur sur moi.
    Tu avais raison alone87, le risque maintenant c’est l’addiction car, telle une drogue, ce sentiment va se dissiper et je serai toujours seul. Je le ressens déjà, telle la fameuse « descente », je déprime, je pleure car je prends conscience que je risque de ne pas revoir cette fille. Que faire ? J’ai déjà envie d’y retourner et qu’elle me prenne dans ses bras.

    Je ne sais pas si cela va me donner plus d’assurance pour aller aborder les filles mais je sais que beaucoup d’appréhensions se sont dissipées, donc oui je pense que cela va m’aider mais je suis encore plus demandeur qu’avant. :p
    Je n’ai pas honte et ne regrette pas d’avoir donné ma virginité à une escort aussi douce, magnifique que cette fille. Le retour à la réalité est cependant très difficile.
    Merci de m’avoir lu.

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Bonjour Micky, je suis content pour toi, c’est une super expérience !
      Tu as de la chance d’avoir trouvé une escort qui propose un social time aussi long, qui te laisse l’embrasser (surtout avec la langue), qui te fait une fellation et te laisse lui faire un cunnilingus. C’était marqué sur son annonce qu’elle proposait tout ça ? La fellation était avec capote ? Le rapport vaginal aussi ?

      Faire jouir une femme avec un cunni, c’est pas aussi facile que dans le porno : certaines femmes aiment les stimulations lentes et pas directement sur le clito, d’autres préfèrent les stimulations très rapides et avec beaucoup de pression sur le clito, voire avec un doigtage avec 2 doigts (ma copine). En tout cas ça demande une certaine endurance de la langue. Et il faut le faire dans une position confortable. Moi je me mets accroupi au pied du lit, avec un linge pour protéger mes genoux, et elle approche son sexe du bord du lit. Comme ça je n’ai pas mal au cou et ça tire moins sur ma langue.

      Concernant le manque de sensations durant la pénétration vaginale : en position d’Andromaque (la femme dessus), mon plaisir monte plus lentement (mais je le contrôle mieux donc j’éjacule plus tard). Au début, j’avais assez peu de sensations avec cette position du fait du préservatif et surtout de mon phimosis et de mon frein trop court. Tu as peut-être la même chose. Tu arrives à décalloter même en érection (ou même ton gland se décallote tout seul en érection) ? Ça ne tire pas trop ? Ton gland n’est pas incurvé vers le bas quand tu décallotes ?
      Ensuite, quand on a enlevé le préservatif, les rapports sont devenus un peu douloureux à cause du frein et du phimosis. On a été obligé de lubrifier abondamment. Mais ça tirait tellement que je finissais par éjaculer très vite. Mon médecin m’a prescrit une pommade à appliquer dessus : ça a détendu un peu tout ça, mais à l’arrêt du traitement, ça se retend un peu. J’ai quand même gagné en souplesse au cours du temps. Mais pour ne pas avoir d’éjaculation précoce ni de gène, je dois commencer le rapport avec une capote : mon prépuce et mon frein se détendent progressivement et mon pénis se décallote tout seul dans la capote. Puis je la retire et je finis sans capote (ce qui est nettement meilleur). J’envisage de faire opérer pour corriger ça : une petite plastie du frein et du prépuce, pas besoin d’une circoncision.

      Si tu n’as pas de phimosis ni de frein trop court, ça peut être les effets combinés du stress et de la capote qui atténue les sensations.
      Tu n’as pas de problèmes d’érection non plus ?

      Avoir l’odeur de la femme sur soi, c’est le pied. Après ma 1ère nuit avec ma copine (sans sexe), j’ai attendu la fin de la journée du lendemain pour me laver, tellement je raffolais de son odeur.

      Il faut que tu transformes cette énergie positive, cette euphorie, en motivation pour penser positif, pour sortir avec tes amis et pour consulter un psychologue clinicien. Ce n’est que comme ça que tu résoudras tous tes problèmes. Tu peux retourner voir l’escort si tu veux , mais avec modération. Il vaut mieux dépenser cet argent chez le psy.

      Répondre
      1. Micky06

        Merci une nouvelle fois pour ton message.
        Je suis un peu redescendu de mon ptit nuage bien que je n’arrête toujours pas de revivre chaque moment dans ma tête pour ne pas les oublier. J’ai une envie folle de crier à tout le monde que je suis devenu un homme mais cela va être difficile à expliquer :p
        C’était aussi sa 1ère fois d’une certaine façon, elle n’avait jamais initié un garçon.
        Je savais qu’elle faisait le french kiss et fellation sans capote, le cunni s’est fait naturellement et elle ne l’a pas refusé. Rapport avec capote.
        Maintenant, je me dis que j’aurai du lui demander comment lui donner du plaisir, de me guider… mais j’ai voulu rester instinctif et réagir à sa respiration; ce n’est pas aussi simple effectivement… Je n’ai pas osé insérer mes doigts en elle.
        Je n’ai habituellement pas de problème d’érections ou de décallotage mais je crois que je ne m’attendais pas à la chaleur et douceur de la fellation, ça m’a fait bizarre (c’était génial pourtant !), additionné au stress, je n’ai pas réussi à rester dur. Je n’avais même pas l’impression d’être en elle quand elle est venue sur moi. Ca a duré 5 minutes avant qu’on soit obligé d’abréger la séance car on avait déjà dépassé les 2h (1h de social time, 15 min de douche, 45 min de préliminaires, 5 min de pénétration, encore 2 min de fellation… finish à la maison).

        J’ai adoré chaque moment même si je me rends compte que le meilleur a été de s’enlacer, s’embrasser et se caresser, de recevoir cette affection et le sentiment d’être désiré. Un sacré boost de confiance en soi.

        Je n’ai plus peur de le faire mais je ne pense plus qu’à ça. Difficile de se concentrer au boulot !
        J’ai remarqué que mon regard et mon attitude était différent sur les femmes: fier, droit, avec un air de « maintenant je suis un homme, je suis désirable, je sais faire, regardez-moi ».
        C’est une nouvelle aventure, des nouvelles sensations à explorer et partager… Je n’attends que de sortir avec les collègues en fin de semaine pour faire des rencontres, revoir mon initiatrice (si elle veut bien toujours de moi) pour le refaire le stress en moins…
        Je n’aurai peut-être pas besoin de consulter un psy si je garde cet état d’esprit.

        Ce qui persiste à m’effrayer, c’est que malgré cette assurance je reste bredouille ou que je sois rejeté (insupportable pour une personnalité évitante !), ce qui risque de couper court à mon élan de courage… A suivre… 😉

  12. Micky06

    Nouvel épisode de mes aventures…
    Je n’arrive plus à rester concentrer, je revis constamment ces moments dans ma tête depuis samedi dernier…
    J’ai voulu revoir ma charmante initiatrice en début de semaine et n’obtenant aucune réponse, j’ai bien cru qu’elle ne voulait plus entendre parler de moi. Grosse déprime, les larmes aux yeux toute la journée, je vais pleurer 2-3 fois enfermé aux toilettes du boulot…
    Elle m’envoie finalement un message, ma profonde tristesse se transforme en éclat de joie, elle ne m’a donc pas repoussé et accepte qu’on se revoit le vendredi suivant.

    J’étais tellement impatient de la retrouver et la reprendre dans mes bras. Je n’avais plus peur, je voulais me rattraper et lui donner du plaisir. Je me rappelais de son amour pour les fleurs et lui ai rapporté une rose. Elle est heureuse de me voir et m’enlace passionnément à mon arrivée… la Terre s’arrête de tourner à ce moment-là pour moi 🙂
    On a parlé 20-30 min entre autres choses de ma 1ère fois, elle m’a avoué que m’initier l’avait rendue nerveuse aussi car elle ne l’avait jamais fait. Habituellement ses clients ne prennent pas le temps de discuter ou de rechercher son plaisir avant le leur… elle m’a dit que j’étais spécial, différent, attendrissant; pas pour mes cadeaux mais parce qu’elle aimait le peu qu’elle connaissait de ma personnalité et que ma future copine serait chanceuse. Je ne sais pas si elle dit ça à tout le monde mais j’ai envie de la croire.
    Elle est naturelle, intelligente, drôle, attentionnée, avec un fort caractère, et tellement mignonne… Elle n’a rien d’une top model superficielle, c’est une femme qu’on pourrait rencontrer tous les jours et exactement le type de fille qui me fait vibrer le cœur rien qu’en esquissant un sourire (petite brune slave aux yeux bleus profonds). Comment ne pas tomber amoureux ?
    Je lui dis que je n’ai plus peur bien qu’encore un peu nerveux (elle aussi), j’espère ne pas l’avoir déçue, j’ai envie qu’elle m’apprenne à lui donner du plaisir. Elle répond que je me suis bien débrouillé, qu’il n’y a rien qu’elle puisse m’apprendre, on doit se laisser aller à son instinct et aux réactions de l’autre. Cela me rassure et ravive ma curiosité et mon désir de continuer ma quête du plaisir :p

    On se retrouve nus, enlacés sur le lit à s’embrasser. C’est encore plus agréable que la 1ère fois, les « french kisses » sont plus profonds, plus longs. Elle m’apprend à contrôler ma respiration et ma langue pour suivre la sienne, puis que je prenne le contrôle du baiser à mon tour… Elle me sourit, on joue à se frôler les lèvres, la langue, le nez… Elle me chuchote que je l’embrasse bien (quel bonheur !) et s’en étonne vu que je ne l’avais jamais fait il y a encore une semaine.

    On se caresse, je l’embrasse partout sur le corps, elle est déjà excitée. Elle se redresse dans le lit comme une invitation à venir entre ses jambes. Je n’y vais pas tout de suite, je laisse monter son désir, j’embrasse et caresse son cou, ses seins, son ventre, ses jambes. Son souffle est plus court et rapide. J’effleure enfin son clito, l’embrasse. J’essaye de suivre tes conseils alone87 et tente l’insertion d’un doigt en elle… elle le retire pour maintenir ma main sur sa jambe (arf !).
    Elle est beaucoup plus sensible à force que j’augmente progressivement l’intensité de mes caresses et du cunni, Elle gémit, serre ma main de plus en plus fort, tout son corps se contracte, frémit, ses jambes se referment. Je crois bien l’avoir fait jouir cette fois :p Hummm 🙂 Dans un dernier soupir, tout son corps se relâche et elle m’indique d’arrêter. Je crois savoir que le clitoris devient hypersensible et douloureux à ce moment-là…
    Mon désir d’explorer chaque partie de son corps à la recherche de son plaisir la fait sourire, elle me le dit, elle semble charmée et encore excitée.

    Elle s’occupe de moi et j’ai encore du mal à rester dur, je lui dis que je suis plus excité quand je lui donne du plaisir. Cette fois je lui demande de la prendre en position du missionnaire. Elle gémit, c’est agréable, je ressens un peu plus de choses qu’en position d’Andromaque mais le préservatif me prive toujours de beaucoup de sensations. On est déjà épuisés (après plus d’1h de préliminaires). Je n’arrive pas à venir en elle.
    Elle finira par me faire une fellation sans, très intense, de plusieurs minutes, je la caresse et arrête de réfléchir. Le plaisir finit par monter et me submerge, je me contracte. Elle s’en amuse et continue… jusqu’à l’extase ultime ! Enfin ! Le plus fort et long orgasme de toute ma vie.
    La belle m’a pris dans ses bras, heureuse d’avoir enfin réussi à jouir ensemble.
    Je pouvais mourir heureux.

    Avant, elle m’avait avoué sortir quelque fois avec ses clients, lier de vraies relations amicales (sans sexe) et non tarifées… Je lui ai proposé de sortir ensemble, se balader en bord de mer, boire un verre bien que je sache que cela n’aboutira à rien de constructif…

    J’ai fini par rejoindre des amis au restaurant, empli de joie et d’euphorie, de l’odeur et du goût de mon initiatrice. Je leur raconte « mon histoire » en prétendant avoir rencontré une jolie touriste en vacances sur la Côte et avoir fait des folies avec. J’attire forcément leur attention et provoque une certaine admiration de mon soudain pouvoir de séduction.
    La soirée s’est prolongée dans un pub. J’étais prêt à faire des rencontres… dans un nouvel élan de courage, je bravais ma peur des autres et de l’inconnu(e), soutenu par l’ivresse d’une ou deux pintes de bière… espérant que la belle se joigne à nous à un moment donné…

    J’ai peur de ces nouvelles sensations qui me submergent et débordent, que je n’arrive pas à contrôler… C’est une vraie drogue, j’aurais pu rester avec elle toute la nuit.
    Comment ai-je pu vivre tant d’années sans ressentir tout cela ?
    Comment vivre seul désormais en sachant à quel point l’affection, le désir, l’amour et la passion sont sources de plaisir ?
    Vais-je retrouver ces sensations aussi intensément avec une autre ?

    Elle retourne dans son pays dans une semaine mais je sais qu’elle reviendra le mois prochain.
    Je pense déjà à la prochaine fois et comment trouver l’argent pour aller la voir. J’ai ses photos sur mon téléphone.

    J’ai remis à jour mes profils Meetic, AdopteUnMec, Tinder, etc… dans l’espoir d’avoir quelques contacts et essayer de séduire… pour l’instant sans résultat. Je vais sortir avec mes collègues en fin de semaine en pub aussi mais eux n’ont fait aucune rencontre intéressante jusqu’à maintenant, j’ai peur que cela ne soit pas la bonne méthode…
    Question pour ceux qui arrivent à faire des rencontres sur internet :
    – Quelle est LA méthode, la phrase d’accroche que vous utilisez svp ? Je change régulièrement mes photos et descriptions, essayant d’être sérieux ou drôle, de personnaliser mes approches en fonction du profil mais rien ne marche…

    Maintenant, je suis en plein ascenseur émotionnel, je vais de l’euphorie à la profonde tristesse, je pleure par moment parce qu’elle me manque. Je n’ai plus envie de me masturber, ce plaisir semble bien amer et futile désormais…
    Je ne suis pas déprimé, je crois avec conviction que je peux trouver le bonheur (il parait pourtant si loin et inaccessible) mais c’est difficile de se retrouver seul chez soi avec toutes ces images et sensations en tête d’où la nécessité de tout raconter ici.

    Questions pour les non-célibataires :
    – Dans quelles circonstances avez-vous rencontré votre petite amie/femme ?
    – Comment l’avez-vous séduite ?
    – Est-ce que l’amour-passion existe et peut perdurer ?

    J’ai peur de devoir revoir mes exigences à la baisse et devoir accepter une rencontre « par défaut » avec une femme qui ne me provoquera finalement aucun désir ou amour-passion…

    Désolé j’ai encore écrit un roman !! Cela va me servir de thérapie…
    Je peux toutefois encore affirmer que mon dépucelage a été une révélation, une libération d’une peur irraisonnée qui grandissait avec les années, et qui m’ouvre aujourd’hui la perspective d’explorer et découvrir un univers infini de nouvelles expériences et sensations…

    Répondre
    1. alone87 Auteur de l’article

      Moi c’est justement les femmes de tous les jours, avec des rondeurs, qui me font fantasmer, pas les stars ni les top models.
      Tu vois que le sexe est très intuitif ^^ Il n’y a pas de manuel technique à connaitre. Le vrai sexe c’est pas un porno avec des « figures imposées » dans un ordre et une durée précis.
      Tu as éjaculé dans sa bouche ? Elle a avalé ou recraché ?
      Tu payes combien la prestation ?

      C’est bien, tu fais des progrès au niveau social. C’est avec tes amis et en sortie que tu maximises tes chances de trouver une vraie relation.

      Moi je ne me suis pas senti hyper euphorique et métamorphosé après ma première fois. J’étais très heureux que ma copine m’ait fait vivre ce fantastique moment, d’avoir enfin les réponses à mes questions sur les sensations. Mais finalement je suis resté le même, avec juste un peu plus de confiance en moi face aux femmes.

      Pour tes questions, tu auras peu de réponses ici. La fréquentation de mon blog est stable et pas très intense depuis que je ne publie plus de nouveaux articles (ça pourrait changer à la fin de l’année). Et peu de gens s’inscrivent juste pour répondre. Tu devrais plutôt reposer ces questions sur un forum plus fréquenté et comptant une grande majorité de personnes non-vierges, comme Doctissimo et Auféminin.com. Sur Docti il y a beaucoup de trolls, mais parfois de bons contributeurs. Sur Aufémnin, les discussions sont de meilleure qualité, et il y a quand même des hommes, même s’ils sont très minoritaires. J’ai eu de très bonnes discussions sur ce site, les femmes ne te jugeront pas et te donneront des réponses pertinentes.

      Répondre
      1. Micky06

        Merci une nouvelle fois de ta réponse et conseils.
        C’est vrai que je m’étonne encore de mes initiatives une fois avec elle, l’excitation était plus forte que la peur et n’a laissé place qu’à la recherche du plaisir. Cette seconde fois était incroyable, à la fois tendre et passionnée, intense émotionnellement et physiquement (j’en ai des courbatures encore aujourd’hui !). Dans la vie de tous les jours, je suis quelqu’un de très discret qui ne se met jamais en avant. Je prends rarement des initiatives de peur de mal faire les choses.
        Avec elle, plus besoin de paraître, il suffisait d’être. Et au diable la Sagesse, vive la Passion !

        J’ai éjaculé dans sa bouche, c’était le meilleur orgasme de ma vie. Elle a recraché à la salle de bain puis m’a pris dans ses bras, on était heureux, elle autant que moi d’avoir réussi à me faire jouir cette fois. J’ai passé encore un peu plus de 2h avec elle pour 300€. Le temps passe trop vite et elle ne regarde pas la montre. J’aimerais beaucoup faire durer encore plus longtemps ces moments (3h-4h) la prochaine fois qu’elle revient en France mais ça commence à faire un budget !

        J’ai fais un briefing avec mes collègues célibataires qui sont sur les sites de rencontre aussi mais ils sont encore plus déprimés que moi. Eux ont déjà connu des années de vie commune avec des filles, ça les a encore plus brisés quand elles sont parties. Il y en a un qui parle de ne plus jamais se remettre en couple pour revivre cela… Ça ne rassure pas ! Je ne suis pas sûr de supporter une rupture un jour si je suis trop passionné dans ma relation. Ils sortent tous les vendredis soirs et n’obtiennent pas plus de résultats… mais bon je vais aller avec eux quand même et passer plus de temps sur les sites. Refaire peut-être un speed-dating…

        Il est vrai qu’avoir les commentaires de quelques filles pourrait m’aider, je vais faire un sujet sur Docti et Aufeminin. Merci encore !

  13. Micky06

    Hello, après plus d’un mois après avoir perdu ma virginité à 32 ans avec une escort, me revoici 🙂 J’ai toujours envie de partager ce que je ressens aujourd’hui et sachant que je ne peux m’exprimer librement là-dessus avec mon entourage, je le fais ici.
    Je suis toujours aussi passionné et obsédé par ces nouvelles émotions. Je ne parle pas du coït mais des regards, caresses et baisers; le désir et le frémissement d’une femme à qui (on a cet immense pouvoir) on peut donner du plaisir. Donner un orgasme à une femme, c’est de loin la meilleure sensation que j’ai vécue jusqu’à maintenant, plus forte que la simple éjaculation.

    Je sors désormais toutes les semaines sur Cannes avec quelques amis célibataires, on s’habille classe, on boit, on danse, on approche quelques filles mais pour l’instant sans résultat. La confiance en soi est là, le courage l’est moins mais on persévère, j’apprends à ne pas désespérer et positiver si je prends un rateau, ce qui était encore inadmissible pour moi il y a peu mais je sais ce qui m’attends au bout désormais en cas de succès 🙂
    Toujours beaucoup de visites quotidiennes sur mes profils Meetic et AdoptUnMec mais aucun contact ou réponses des éventuelles intéressées malgré mes efforts de personnaliser et rendre fun mes messages… je ne comprends pas ce qui fait défaut de ce côté-là…

    Je n’ai pu m’empêcher de rencontrer deux autres escortes (françaises de 47 ans et 25 ans) à deux semaines d’intervalle, bien que j’attende avec une grande impatience de retrouver mon initiatrice quand elle reviendra en France. Je peux déjà me vanter d’avoir connu au moins 3 femmes dans ma vie :p Des rencontres de plus de 2h en expliquant ma situation et en recevant beaucoup d’attention et d’affection de la part de ces femmes. Je suis étonné de leur réaction à mon inexpérience et leur compréhension.
    Elles m’ont donné quelques conseils aussi et, à chaque fois, j’ai eu un bonheur extrême à explorer leur corps à la recherche de leur plaisir, propre à chacune (c’est d’autant plus excitant de ne pas être guidé). Elles m’ont appris à jouer de mes doigts cette fois. La 1ère m’a fait une surprise, elle était femme fontaine. La seconde m’a fait rechercher son point G et comment exciter son clitoris en même temps.
    J’ai adoré les embrasser avec la langue et leur faire un cunni jusqu’à les faire jouir. Elles me récompensent en me flattant sur mes compétences apparemment innées (ou d’un acquis très récent) :p Si je ne peux les satisfaire avec mon sexe, je sais que je peux le faire avec ma langue, j’aurais au moins ça pour moi :p !
    Je découvre aussi une nouvelle position: la levrette, j’arrive enfin à prendre du plaisir et jouir malgré l’inconfort du préservatif.
    Je crois que le regard d’une fille m’intimide encore et me coupe l’excitation aussi… c’est un comble…
    Le temps passe trop vite, mes courbatures des jours suivant prolongent ces bons moments, trop éphémères à mon goût, en m’y faisant repenser intensément.
    J’ai moins aimé l’expérience avec une femme mature car la peau était moins douce, le baiser moins passionné mais elle a réussi à me transmettre son excitation très forte et avoir une bonne érection.

    J’ai tenté, sur son conseil, d’aller en club libertin (je sais c’était peut-être pas une super idée) en espérant rencontrer une éventuelle jeune libertine célibataire mais ce fut une déception. Je passe le molosse à l’entrée (ouf !), costume de rigueur, voiture de sport recommandée… Le prix d’entrée pour un homme seul est aberrant, il y a 5 hommes pour une femme et il n’y a pas de femmes seules. Oui il y a avait moyen d’avoir une fellation, voire plus en « s’incrustant » dans une partie à plusieurs… mais encore fallait-il pouvoir être excité et avoir une érection devant d’autres hommes… Et il n’y avait pas de tendresse, seulement l’acte vulgaire… Ce n’était pas pour moi !

    Demain soir je sors, j’ai fait une rencontre heureuse la semaine dernière, une serveuse m’a reconnu car on s’était rencontrés en speed-dating il y a un an ! Incroyable, elle se souvient de moi et de détails très précis :p Je ne peux pas en dire autant sur elle (arf)… J’ai rendu jaloux mes amis qui avaient des vues sur elle depuis un moment, ça m’a fait bien marrer (en me faisant encore une fois passer pour un vrai tombeur), j’en ai joué avec elle qui s’est mise à être très tactile pour renforcer le jeu. Je ne sais pas s’il y a occasion de faire quelque chose car je ne sais pas interpréter son comportement pour savoir si elle est vraiment intéressée. Est-ce qu’une fille qui vous dit que vous êtes quelqu’un de bien et que vous allez rencontrer quelqu’un très prochainement pourrait être elle-même intéressée :p ? Je me risquerais bien à l’approche directe en lui disant que j’ai envie de l’embrasser…histoire de tenter quelque chose demain soir…

    Le bilan d’aujourd’hui c’est que je continue de ne penser qu’à ces moments avec les escortes. Je ne trouverai pas la paix tant que je ne connaîtrais pas l’Amour. J’aimerais avoir de l’expérience avec le plus de femmes possible (et des relations non tarifées) jusqu’à avoir l’étincelle avec l’une d’entre elles. Le film « Crazy, Stupid, Love » m’a inspiré !
    J’en ai un échantillon grâce aux escortes mais ces moments intenses et éphémères font que l’euphorie fait place très vite au manque, à la dépression et la solitude… une vraie drogue dure…
    A+

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s