Archives du mot-clé amis

Ma vie étudiante

La société nous fait croire que la vie étudiante représente les meilleures années de notre vie, l’âge de tous les possibles, l’âge de l’indépendance totale (la célèbre phrase « A 18 ans je me casse de chez mes parents »). Mais ça n’est pas vrai pour moi. Ma vie étudiante est surtout l’âge de l’attente avant une vie future meilleure.

Je ne parlerai pas davantage de la prépa ni de la 1ère année de médecine. A cette époque je n’avais pas vraiment le temps de socialiser (enfin je me suis quand même fait quelques amis en prépa mais ils ont quitté la ville pour poursuivre leur cursus) et le fait de vivre chez mes parents était bien pratique.

Arrivé en 2ème année de cursus médical, j’ai loupé le coche de l’intégration. Je ne connaissais personne dans ma nouvelle promo et le feeling ne passait pas très bien avec certains  d’entre eux que je trouvais un peu lunatiques, moqueurs et prétentieux (ils ont changé au cours du temps, aujourd’hui ils sont super). Je suis allé à la 1ère soirée de promo mais pas aux suivantes car je n’arrivais pas à m’intégrer dans le groupe, je n’avais rien à dire d’intéressant, j’étais la 5ème roue du carrosse. Je ne suis pas non plus allée au Week End d’Intégration pour ces raisons que j’avais déjà évoquées précédemment.

Mes collègues de promos faisaient souvent des soirées en petits groupes avec leurs amis du lycée qui faisaient des études dans la même ville et j’avais l’impression qu’ils n’avaient pas besoin de m’inviter parce qu’ils avaient déjà suffisamment d’amis sous la main. Par la suite, des petits groupes internes à la promo se sont constitués pour les soirées mais je n’étais pas davantage invité.

J’étais un des seuls étudiants de la promo à ne pas avoir d’appartement puisque mes parents vivent dans une commune en périphérie de ma ville universitaire, qu’on n’a pas droit à une chambre en cité U ni à des bourses (pour ce qui est des aides au logement je ne sais pas si la distance du domicile parental vis-à-vis du lieu d’étude rentre en ligne de compte) et qu’il faudrait tabler sur un budget mensuel d’au moins 600 € voire 700 € pour tout payer. Mes collègues ont un appart par nécessité car leurs parents vivent loin, mais comme beaucoup ont des parents médecins, chirurgiens-dentistes ou pharmaciens, leurs parents peuvent « rallonger la soudure » et leur procurer un certain confort de vie. Il était de coutume de faire une soirée (ou au moins une fête d’anniversaire) dans chaque appart, mais quand on n’a que la maison des parents en semaine, ça ne le fait pas. On m’a souvent taquiné sur le fait que je pourrais organiser un truc pour la promo chez mes parents. Bref je suis le mec qui n’invite personne parce qu’il ne peut pas.

Depuis que je suis devenu externe à l’hopital (ie que je bosse en partie à l’hopital et en partie à la fac), je ne pense qu’à prendre mon indépendance et je rêve d’avoir mon propre appart en centre-ville. Déjà je n’aurais plus besoin de me farcir les embouteillages monstres à l’entrée de la ville 2 fois par jour et puis je n’aurais plus mes parents sur le dos, et enfin ça me permettrait de sortir davantage. On fait parfois des apéros en entre-ville ou à la fac le soir mais je ne reste pas longtemps parce que je conduis donc je ne dois pas abuser et personne ne va se proposer de m’héberger. Il m’arrivait souvent de décliner ces soirées, mais depuis 2 ans je fais davantage d’efforts et j’y vais bien plus souvent. Reste que ne pas avoir d’appart en centre-ville c’est vraiment la loose. Je précise que mon salaire misérable d’étudiant hospitalier s’élève à 200 € par mois (oui, il ne manque pas de zéro !) pour un « temps plein hospitalier » qui dépasse très largement les 35h. C’est pas avec ça que je vais pouvoir prendre mon indépendance. Il ne faut pas croire les stéréotypes : les étudiants en médecine ne sont pas de riches capitalistes nés avec une cuillère d’argent dans la bouche, et ils remboursent largement le coût de leurs études à l’Etat en étant exploités pendant des années par l’hôpital public. Évidemment je ne pars pas non plus en vacances, je ne me permet pas de voyager, contrairement à ce que les gens s’imaginent des étudiants.

Qui dit pas d’appart, peu d’occasions de sorties et peu d’amis dit également peu d’occasions de rencontrer des filles célibataires. La plupart des gens que je côtoie sont déjà casés et je n’ai pas l’impression qu’à mon âge il reste encore beaucoup de filles célibataires. Les vraies rencontres se font par l’intermédiaire de notre réseau social : en sortant avec des amis ou en allant à des soirées où l’on est susceptibles de rencontrer des filles.

Aujourd’hui ça va beaucoup mieux au niveau sociabilité : depuis que je suis externe, je côtoie mes collègues en permanence et j’ai appris à mieux les connaitre et les apprécier. Eux aussi ont changé, ils sont adorables maintenant. Reste qu’ils ne m’invitent pas à leurs petites soirées perso. Les habitudes des soirées sont là et c’est difficile de d’y être invité quand on a loupé le coche de l’intégration.

Par contre au niveau professionnel ça se passe très bien avec le personnel hospitalier et les patients, j’ai toujours été très sûr de moi, dynamique et volubile. Quand j’enfile ma blouse, je rentre dans mon rôle de professionnel de santé et ma timidité disparait. On aurait peine à croire qu’en réalité je suis aussi coincé et sans aucune expérience amoureuse ni sexuelle.

Reste que dans les soirées plus officielles, j’ai encore du mal à me décoincer. Lors du dernier gala de ma fac (une grosse soirée super classe où les profs et toutes les promos d’étudiants se mettent en costard et robes de soirée, suivie d’une sortie en boite, bref c’est l’évènement majeur de la fac)  j’étais terriblement coincé en soirée et en boite alors que dans le même temps je voyais certains collègues draguer et emballer des nanas inconnues de la boite avec une facilité déconcertante. C’est à ce moment que je me suis dit qu’il était temps que je consulte un psy pour qu’il m’aide à résoudre ces problèmes de timidité et de manque de compétences sociales.

Bref je ne profite absolument pas de ma vie étudiante. Je me contente de travailler dur en rêvant de profiter de ma vie future et en espérant rattraper toutes ces années de fêtes et de sexe que je n’ai pas connues.

Publicités

Ma vie durant l’adolescence : la période cruciale

J’ai une grande fascination pour l’adolescence parce que c’est un âge où l’on change considérablement, on s’éveille intellectuellement, on s’ouvre au monde, on mène une vie insouciante. C’est aussi l’âge auquel la société nous promet la découverte des amours insouciantes et des amitiés durables. Sauf que ça n’est pas le cas pour tout le monde. Mon adolescence m’est passée sous le nez et c’est pour ça que je m’y retourne en cherchant à comprendre pourquoi et en rêvant qu’elle eut été meilleure.

Arrivé en 6ème, la sensation d’ennui perpétuel a disparu. L’organisation du collège nous donnait un peu plus d’autonomie, les cours étaient beaucoup plus intéressants et à la maison je m’amusais bien avec mes jeux-vidéos, les films et les séries que je regardais.

Cependant j’ai commencé à me trouver moche. Je suis devenu myope à 9ans1/2 et j’ai choisi une grosse paire de lunettes rondes à monture bleue marine qui prenait la moitié de mon visage. Je les avais choisi parce que mon meilleur amis avait les mêmes. Arrivé au collège j’ai commencé à trouver qu’elles étaient moches et me rendaient moche. Je n’aimais pas mes cheveux qui avaient tendance à beaucoup friser ainsi que mes taches de rousseur.

J’avais l’impression que la cour du collège était un endroit oppressant, que tout le monde me regardait (c’était une fausse idée que je me faisait en fait), je ne supportais pas les incivilités des autres élèves : les bousculades, les moqueries (entre autres sur mon nom de famille qui est un peu ridicule). Je n’étais pas véritablement harcelé, mais c’était de petites « agressions morales » sporadiques que je vivais mal. Cependant j’avais des copains et globalement j’aimais le collège (un peu quand même).

Mes difficultés d’intégration sociale ont commencé lors d’un camp de vacances d’une semaine au centre aéré du coin auquel ma mère m’avait inscrit de force durant l’été de mes 12 ans. La plupart des autres ados avaient 1 an de plus que moi et étaient venus en groupe d’amis alors que j’avais été parachuté là seul. Ils ne m’ont pas intégré et se moquaient de moi en me surnommant « Norton » parce que mes horribles lunettes me faisaient ressembler à Peter Norton, le créateur des antivirus éponymes, dont la photo apparaissait sur les boites des logiciels. Ils ne m’ont presque pas appelé par mon prénom J’ai détesté ce séjour.

En 5ème : RAS

En 4ème, à part quelques moqueries de la part d’un ou 2 camarades de temps à autres, ça se passait bien. J’ai enfin changé de lunettes lorsque ma vue a changé et j’ai choisi un modèle très discret. J’avais de nouveaux amis que je voyais en dehors des cours. On allait jouer en réseau à Counter Strike dans la salle informatique communale, on faisait plein de trucs, mais ils étaient aussi geek que moi.

En 3ème, pas grand chose. Mes taches de rousseur se sont fortement atténuées et mes cheveux sont devenus plus raides, ils frisaient beaucoup moins (et pour répondre à votre curiosité, je ne suis pas roux mais brun). Je me sentais mieux avec mon corps. Mon pic de croissance a démarré tardivement (peu de temps avant 15 ans) mais j’ai grandi très rapidement (à 15 ans 1/2 je dépassais 1m80).

Arrivé au lycée, j’ai perdu tous mes amis du collège, ils sont partis dans d’autres établissements. J’ai dû me refaire de nouveaux amis mais on ne se voyait pas en dehors des cours : j’habitais dans une commune loin du lycée et pas eux donc ils sortaient surtout entre eux, entre citadins. Le lycée c’était l’époque des 1ers flirts pour la majorité de ceux qui n’avaient pas commencé au collège, et aussi les premières soirées alcoolisées. Je ne faisais pas partie du cercle des gens branchés donc je n’étais pas invité aux soirées. A part ça, j’ai adoré le lycée, je m’y suis vraiment plu, j’ai réussi haut la main dans mes classes et je suis nostalgique de l’euphorie de la fin de terminale où je pensais que mon chemin était tracé, que tout me réussirait.

Ce n’est que quelques années plus tard que je me suis rendu compte que j’étais passé à coté de mon adolescence. Je n’avais pas vécu l’essentiel : les premières soirées, les amitiés très fortes dont on pense qu’elles dureront toujours, les 1ers flirt innocents où on découvre les filles. J’arrivais à l’âge adulte avec la maturité affective d’un ado de 15 ans, je n’avais jamais été aimé, j’avais l’impression d’avoir pris un coup de vieux sans avoir rien vécu. Bref j’avais gâché mon adolescence sans m’en rendre compte et sans comprendre pourquoi.

Je pense qu’à l’adolescence, les processus de socialisation  et de séduction s’apprennent de manière intuitive (lors des sorties et des soirées +++) et c’est ce qui permet aux ados de s’affirmer progressivement, de sortir avec des filles, puis quelques années plus tard de coucher avec. Forcément quand on n’a pas vécu ça, on se sent complètement décalé avec les autres et mal à l’aise dans sa vie d’adulte. Je suis coincé en société, je ne sais pas séduire une femme ni reconnaitre les signes de séduction qu’une femme pourrait m’envoyer (je les connais en théorie mais dans la pratique je ne pense pas que je les repèrerai, et ça me mettrait mal à l’aise).

Pour ma part ça ne s’est pas produit à cause d’un mélange de timidité excessive, du fait que je n’ai pas osé me rapprocher davantage de mes amis et d’un manque d’opportunités. J’ai quand même une part de responsabilité.

Je sais que mon adolescence est derrière moi et que je ne pourrai pas la changer, mais je pense encore de temps à autres à cette période cruciale avec une certaine nostalgie (rassurez-vous, je ne suis pas dépressif 😉 )

A mesure que mes études avancent, j’ai commencé à m’ouvrir beaucoup plus aux gens qui m’entourent, j’ai fait des progrès considérables au niveau socialisation, mais pour le coté séduction ça n’est pas le cas. C’est pour ça que j’aurai besoin d’un psychologue. Ca va s’arranger, je suis ce que les anglo-saxons appellent un late bloomer in love.